La barre oblique vicieuse de 2020 n'a pas tout à fait trouvé le tendon d'Achille de l'esport, mais même le plus grand événement du plus grand esport, League of Legends Worlds, s'est déplacé avec une boiterie visible; seule la finale entre DAMWON et Suning a accueilli un public en direct.

Sans événements en direct, les sports n’ont tout simplement pas le même esprit.

eDivisie, la ligue officielle néerlandaise de la FIFA – ainsi que d'autres ligues majeures de la FIFA – ont vu leurs opérations reportées alors que la première vague de lockdowns couvrait l'Europe, à la demande de l'éditeur EA . La ligue d'esports est gérée par la première ligue de football des Pays-Bas, l'Eredivisie, et les équipes de champ des deux ligues des mêmes 18 clubs.

Le chef de projet eDivisie est Arnoud Schonis, chef de projet Esports, qui s'est entretenu avec Esports Insider au sujet de l'adaptation à une structure de ligue numérique et de l'état actuel de l'esport aux Pays-Bas.

 Arnoud Schonis "width =" 1600 "height =" 899 "/> Sur la photo: Arnoud Schonis, chef de projet eDivisie


<h2> <strong> Esports aux Pays-Bas </strong> </h2>
<p> La compétition de football numérisée aux Pays-Bas est populaire via l'eDivisie depuis 2017. La première saison a été diffusée à la télévision néerlandaise via FOX Sports, mais après deux saisons, l'émission a été transférée sur la chaîne YouTube officielle d'eDivisie. </p>
<p> La saison hivernale eDivisie 2020/21 s'est conclue par une victoire de l'AFC Ajax début janvier, bénéficiant d'une audience simultanée record pour l'événement entièrement numérique. Mais Schonis a déclaré que, malgré le dépassement du pic de visionnage simultané de l'année dernière, le nombre total de vues est en baisse sur YouTube – actuellement 56 000 de moins que la finale de l'année dernière. </p>
<p> Schonis a attribué cette diminution à la qualité des emplacements et à la capacité de production de l'équipe en dehors d'un environnement de studio contrôlé. «Même si les chiffres étaient vraiment bons, dès que nous pourrons revenir à une production en studio, nous le ferons», a-t-il déclaré. </p>
<p> Les sponsors d'eDivisie, y compris la société de télécommunications néerlandaise KPN, le détaillant de mode H&M Pays-Bas et le fournisseur d'assurance FBTO, ont été agréablement surpris par l'audience compte tenu des circonstances, a partagé Schonis. Bien qu'aucune de ces organisations n'ait de lien direct avec le jeu, les sociétés de télécommunications, de vêtements et d'assurance parrainent depuis longtemps les sports grand public. </p>
<p> CONNEXES: eDivisie relance son partenariat avec KPN </p>
<p> «De nombreuses entreprises se retiennent [from longer-term partnerships] parce qu'elles veulent d'abord voir quels seront les résultats après une seule année», a déclaré Schonis à Esports Insider. «Parce que c'est toujours, pour eux au moins, un nouveau produit et un risque d'intervenir, la signature d'accords pluriannuels est assez difficile, même si le retour sur investissement a été extrêmement positif pour chaque partenaire.» </p>
<p> La structure de la cohésion Eredivisie et eDivisie permet aux sponsors de s'associer aux 18 clubs et à la marque de la ligue Eredivisie en s'associant à l'eDivisie à un prix inférieur, permettant également d'accéder à un public plus jeune. «C’est l’un des plus gros [unique selling propositions] que nous vendons», a déclaré Schonis. </p>
<h2> <strong> Pragmatisme néerlandais, appliqué à l'e-sport </strong> </h2>
<p> La FIFA est la coqueluche des sports électroniques néerlandais. Bien que souvent exclue des conversations d'esports entre ses voisins, l'eDivisie compte le plus grand nombre de téléspectateurs locaux de toutes les ligues d'esports du Low Country. </p>
<p> Il attribue cela à l'attrait facile de la FIFA. «L'eDivisie est grand public. C’est compréhensible [for Dutch viewers]. Si vous voulez expliquer à votre grand-père ce qu'est l'eDivisie, il pourra comprendre que c'est l'Eredivisie – rien que numériquement. Et c’est le football, tout le monde comprend le football. »</p>
<p> Les Néerlandais sont bien connus pour leur culture pragmatique, reflétée dans la franchise de la langue et de la communication. L’histoire néerlandaise n’est pas une histoire de mythes ou de contes de fées – c’est un fait, une histoire documentée. </p>
<p><img class= Crédit: eDivisie

CONNEXES: eDivisie marque un partenariat avec H&M Pays-Bas

«Les Néerlandais peuvent se rapporter à des choses qu'ils comprennent plus facilement», expliqua Schonis, «qu'à vouloir comprendre des choses qui sont assez éloignées d'eux. Où [other cultures] peut vraiment aimer l'idée d'entrer dans de nouveaux mondes et de découvrir des trucs fantastiques – je ne pense pas que les Néerlandais aiment vraiment ça. »

La ligue de football traditionnelle de deuxième niveau des Pays-Bas, la Keuken Kampioen Divisie, a créé une compétition de la Rocket League pour tenter de pousser l'aiguille d'intérêt vers l'e-sport sans contrepartie sportive traditionnelle. Schonis a déclaré que les résultats étaient plutôt positifs, mais qu'ils ne peuvent pas encore être comparés au succès de l'eDivisie.

Les Néerlandais se lanceront-ils dans d'autres sports électroniques?

L'année dernière, l'agence d'esports META a lancé les ligues officielles et renouvelées néerlandaise et belge pour l'e-sport League of Legends, avec quelques clubs de football du Benelux comme le RSC Anderlecht. Malgré l'attention croissante portée aux partenariats de la Ligue, le public cible de League of Legends est si niché dans la tranche déjà mince du marché des sports électroniques du Benelux. "Ce n'est tout simplement pas un produit néerlandais pour le moment", a déclaré Schonis. «Peut-être que dans quelques années, lorsque l'e-sport sera plus accepté, cela pourrait changer.»

Faisant preuve du pragmatisme pour lequel les Néerlandais sont connus, Schonis a déclaré qu'en dehors du club de football néerlandais PSV, aucun autre club n'a exprimé son intérêt à se lancer dans de nouveaux titres, et l'eDivisie non plus. «Il est vraiment difficile d’expliquer au grand public qu’en tant que ligue de football, vous vous lancez dans un jeu de tir ou un jeu de fantasy à ce stade», a-t-il déclaré. "Il n'y a pas de relation."

Mais sans qu'aucune enveloppe ne pousse, la scène e-sport néerlandaise ne fera que progresser, tandis que les voisins de chaque direction s'affronteront sur la scène mondiale dans plusieurs titres. Pour le moment, la région du Benelux ne peut pas rivaliser en tant que destination pour le public et les investissements dans les esports.

L'eDivisie porte la charge d'attention des sponsors, du public et des éditeurs pour les Pays-Bas. Son cousin, F1 Esports Virtual Grand Prix, suit la même formule en proposant un doppelgänger numérique de sport traditionnel. Mais la passion néerlandaise pour ces sports électroniques n'est généralement pas partagée avec le reste du monde.

CONNEXES: Les ligues néerlandaise et belge annoncent Basic-Fit comme sponsor principal

Le marché néerlandais a consommé des sports traditionnels numérisés pour le divertissement pendant quatre ans, et il ne semble pas que le menu change de sitôt. Les titres d'e-sport dans le pays sont par défaut diffusés en néerlandais, définissant clairement le marché cible pour les partenaires, et les investissements actuels dans l'industrie sont proportionnels à la taille du marché. Comme il se doit, comme les Néerlandais l'aiment.

Une phrase célèbre décrivant les sensibilités néerlandaises se traduit par «soyez normal et vous serez assez fou». Pour un spectateur, la normalité du sport le plus populaire au monde en tant qu'esport le plus populaire du pays semble en effet assez folle.

Ce n’est peut-être pas la «nouvelle normalité» dont nous avons entendu parler, mais pour le moment, c’est la normaal néerlandaise.

Consultez le calendrier des événements ESI 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici